THAILANDE - Suite et fin - AOUT 2010



     Comme convenu, après un mois de kidnapping, nous sommes libérés! Rassurez-vos, nos ravisseurs ont pris soin de nous, ils ont fait ça dans les règles de l'art... Parce qu'au début était le commencement, je commencerai donc par le début. Il y a un mois, au hasard d'un embouteillage à Bangkok, nous rencontrons Soumeth. Et comme Soumeth est un peu fou, il décide de s'occuper de nous, de nous aider et de nous faire prendre l'air de nos galères mécaniques en nous offrant la possibilité de participer à un rallye qu'il accueille en Thaïlande pendant 3 semaines. Ce rallye, c'est celui de Tractions Sans Frontières. Il nous propose d'intégrer le groupe des tractionnistes au volant d'un 2CV. Nous n'avons réflechi que 3 minutes avant d'accepter sa proposition. Bon, bien sûr, comme nous avons la poisse avec les vieilles bagnoles, notre 2CV n'aura parcouru que 4km avant de perdre ses freins, son embrayage etc... Notre rallye se finira au volant d'un monospace coréen climatisé-vitres teintées-année 2009. C'est moins old school mais nous, pour une fois, on n'a pas transpiré!


                                                            


Grâce à Soumeth, gâce à Jesada (qui possède ce musée extraoridnaire de vieilles voitures près de Bangkok), nous aurons fait 2 fois le tour de la Thaïlande : une fois au volant de notre vieux Mercedes à 40km/h, une fois au volant d'une voiture coréenne (mais il parait que c'est un moteur Mercedes) à 100km/h. 2 styles, 2 ambiances! Nous aurons vu la Thaïlande vite et doucement, nous aurons vu la Thaïlande beaucoup et comme dirait l'autre, maintenant il faut partir! Mais avant de partir, on voulait remercier Soumeth et Jesada (parce que tout ça c'est de leur faute! Pour toutes réclamations, la famille peut leur écrire ou leur téléphoner), Philippe et Nana (parce que y'a pas de raison que ça soit pas leur faute aussi. Pour info, ils sont présidents de Tractions Sans Frontières), le groupe tout entier de TSF (parce que c'est aussi à cause d'eux), et bien sûr, pour terminer on n'oubliera pas Yann et Géraldine (et je vous jure que ces deux là, si on les croise un jour...).
Nous quittons donc la Thaïlande dans quelques jours. Nous irons faire une petite escale en Malaisie avant de récupérer notre vieux Tuktuk en Jordanie. Si la mer le veut bien, il arrivera le 12 septembre à Aqaba, fin du ramadan, notre Aïd à nous (mécréants que nous sommes)!



THAILANDE - Again - JUILLET 2010

     Oui, la famille s'interroge, la famille veut savoir, la famille doute, la famille trépigne. Quelle note ce mois-ci pour Julien en anglais... Et bien... Comment dire pour que l'élève reste motivé, ne désepère pas devant l'ampleur de la tâche. On constate une légère stagnation (non pas regression!) en juillet 2010. Rien de bien méchant mais nous avons quand même frôlé l'engueulade. Il y a 5 mois, nous avons investi (merci Manu), en Malaisie, dans un merveilleux GPS Garmin. Il était beau, il était pas cher, la boutique était climatisée, on le voulait. C'était celui-là! Le seul hic, c'est que le GPS malais ne peut parler que chinois, thaï ou anglais. Qu'à cela ne tienne, nous on parle anglais. Je vous passe les détails de l'appareil qui nous lâche au Laos et au Cambodge, bref, de retour en Thaïlande, il est comme à 20 ans, il parle, il reconnait les routes, les plages, les rues. Tout ça nous arrange pas mal puisqu'on on risque d'en avoir franchement besoin à Bangkok. Notre GPS multilingue a une formule appropriée pour chaque situation : quand on se trompe de route, il dit "recalculating". Rien d'extraordinaire, un mot presque commun... Et bien voilà, 5 mois que Julien entend "be carefull lady". 5 mois qu'il me dit "on doit pouvoir changer ça dans les préférences, il va pas m'appeler "lady" pendant encore 30 000 bornes!". 5 mois que je trouve Julien très drôle, que je pense qu'il me fait une blague quand il semble s'agacer dans le menu du GPS. 5 mois que je lui dis, quand-même, on rigole bien ensemble. Le problème, c'est que Julien ne rigole pas du tout, il est persuadé qu'il se fait tirer l'oreille par la dame du GPS quand il se trompe de route et qu'elle lui dit "be carefull lady". Il aura fallu 5 mois et qu'on nous prête une voiture silencieuse pour que Julien admette, ENFIN, que notre GPS disait "recalculating". Non, il n'a jamais dit, ne dira jamais, ne connait même pas cette phrase "be carefull lady". Oui, notre GPS est comme tous les GPS du monde entier, quand on se trompe de route, il recalcule. C'est pas original mais c'est comme ça. Et moi, je continue de croire en l'importance des séjours linguisitiques dès l'âge de 12 ans... Sinon, la boussole, je crois que ça marche bien...





     Nous sommes à Bangkok depuis plusieurs semaines et cette ville reste à la hauteur de sa réputation. Elle vit, elle s'agite, elle grouille d'artistes, de culture, de lieux incroyables, en contraste. On peut y voir les vestiges d'un patrimoine spectaculaire en même temps que les créateurs les plus subversifs de notre époque. A Bangkok, il y a la possibilté de faire, sans aucun doute.
Nous, comme on est quand même tombé amoureux du Cambodge, on n'en est pas parti les mains vides. Nous avons embarqué dans le camion deux clandestines. C'est ça le problème de voyager avec son véhicule... La première, elle nous a conduit directement à l'hôpital international-5 étoiles de Bangkok : un parasite alimentaire ou quelque chose comme ça. J'ai donc eu l'immense honneur de me faire soigner par le Dr Ross de Thaïlande et ce, sans aucun soucis de communication puisqu'un interprète était à ma disposition... On était presque déçu qu'ils ne me gardent qu'une nuit. Deuxième clandestienne, plus tenace. Elle dévore la Bible mais n'est pas fan de Nietzsche, elle adore les pâtes italiennes et nos tiroirs à fringues. Oui, la souris cambodgienne nous donne du fil à retordre. Nous sommes sur le coup! (ci-dessous, c'est l'hôpital, c'est pas un hôtel de luxe à Bangkok...)

         
    
 
       


      Sinon, pour ne rien vous cacher, le camion nous fait aussi pas mal transpirer en ce moment. Nous avons renoncer aux petits garages pour finir chez Mercedes à Bangkok... Roulements, direction, pivots, on ne sait plus. Dans un premier temps, les mécaniciens Mercedes décident de nous changer les roulements. Coût de l'opération : 150 euros... C'est pas grave, c'est que la troisième fois qu'on les change, les roulements! Julien n'est pas convaincu par la réparation. Il ne pense pas que le problème soit résolu mais nous décidons quand même de reprendre la route pour le sud, direction Kuala Lumpur, prochaine ville avec un garage Mercedes (garage Mercedes, nouveau thème de notre voyage en Asie, ça fait rêver!)... Bien sur, nous n'avions pas fait 300 bornes que le problème était revenu. Ce jour-là, il pleuvait des cordes, on était dimanche, le camion naviguait sur la route et faisait des écarts d'un mètre à la moindre aspérité. (Je vous passe les joints qui ne sont plus étanches et l'eau qui envahie le camion, ça fait surjoué...). On est bloqué. Lundi, 8h, on rappelle le garage. Ils nous demandent de revenir sur Bangkok. 300 bornes dans un sens, 300 bornes dans l'autre. Non, non, on n'a pas l'impression de ne pas avancer. Et 300 bornes à 30 km/heure, c'est très long. 300 bornes avec une direction hasardeuse, c'est très très long. Il va de soit qu'il fait 50°, que nous arrivons à Bangkok à la plus mauvaise heure, 17h, que tout est bouché et qu'on est perdu et que le garage nous attend, et qu'il ferme dans une heure et qu'on ne reconnait rien et qu'on se fait klaxonner. Et puis, au 350ième coup de klaxon, on entend une voix presque familière, là, comme ça au milieu de ce Bangkok complètement fou, au milieu de ce trafic infernal, au milieu de la pollution d'enfer : "Alors les bordelais, on est perdu à Bangkok?". Et comme un miracle au milieu du chaos, notre bonne étoile fait son apparition : elle s'appelle Soumeth, elle s'appelle Tangmo, elle s'appelle Jesada. Elle va nous kidnapper en Thaïlande jusqu'à fin Août. Quelle rencontre incroyable... Mais on ne peut pas tout vous dire tout de suite. Il vous faut d'abord digérer la petite stagnation de Julien en anglais...


                           

 
 



Créer un site
Créer un site